La Lombardie italienne commence le recensement des Roms : Les Roms suisses protestent contre cette mesure raciste – Gesellschaft für bedrohte Völker

06 Juil 18

La Lombardie italienne commence le recensement des Roms : Les Roms suisses protestent contre cette mesure raciste

Le Parlement de la Lombardie du nord de l’Italie a approuvé le lancement d’un recensement des Roms et des Sinti. En réponse, des représentant-e-s des Roms suisses ont organisé ce matin un piquet devant le consulat italien à Zurich. Les manifestant-e-s exigent la fin des mesures racistes et réclament que l’Italie prenne enfin des démarches concrètes contre la discrimination à l’encontre des deux minorités. La Société pour les peuples menacés (SPM) soutient le mouvement et la cause défendue.

Bien que le recensement des Roms et Sinti vivant en Italie proposée par le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini soit inconstitutionnelle et discriminatoire, le Parlement de la Lombardie du nord de l’Italie a approuvé le lancement d’un recensement des Roms et des Sinti vivant dans la région. Le Comité régional a été chargé de surveiller les campements légaux des Roms.

Les mesures racistes de M. Salvini et de son parti de droite populiste, la Ligue, suscite indignation et rage non seulement en Italie, mais aussi parmi les Roms de Suisse. Des représentant-e-s des Roms suisses ont réagi en organisant ce matin un piquet devant le consulat d’Italie pour dénoncer l’exclusion et la discrimination des Sintés et des Roms en Italie.

« En tant que Roms suisses, il est important que nous réagissions et que nous fassions preuve de solidarité. Les Roms sont des Européen-ne-s comme les autres », déclare Muharem Savdo, co-organisateur de la manifestation d’aujourd’hui. « Nous sommes des citoyen-ne-s et non des étrangers/ères du pays dans lequel nous vivons. Cela doit être reconnu et respecté », ajoute la militante rom Rina Caldari.

La Ligue, parti populiste de droite, connaît ces dernières années non seulement une radicalisation croissante mais compte également de plus en plus de partisan-e- s. Les Roms et les Sintés font partie des cibles de la propagande populiste à l’œuvre dans le pays. « Il est important que la situation inquiétante des Sintés et des Roms en Italie ainsi que les discours de haine récurrents et la discrimination dont ils/elles font l’objet soient mis sur la table », souligne Angela Mattli, responsable de campagne minorités et discrimination à la SPM.

Actuellement, environ 150 000 Sintés et Roms vivent en Italie et nombre d’entre eux sont établis depuis plusieurs siècles dans le pays. Près de la moitié de ces personnes est de nationalité italienne, les autres sont originaires d’autres pays européens. La discrimination touche particulièrement les 25 000 Roms qui vivent dans des camps mis en place par les autorités publiques, où les logements sont construits à base de conteneurs, ou dans des bidonvilles situés en périphérie des agglomérations.

Campagne

Rapport

Communiqués de presse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information