Conseil fédéral ne veut pas accueillir le dalaï-lama - SPM

19 Sep 18

Lettre ouverte pour réclamer l’accueil du dalaï-lama par le Conseil fédéral

Le dalaï-lama sera en Suisse du 21 au 24 septembre, dans le cadre du 50e anniversaire de l’Institut tibétain de Rikon. Or, le Conseil fédéral ne prévoit ni d’accueillir officiellement le chef religieux des bouddhistes tibétains ni de participer aux festivités de ce jubilé. Dans une lettre ouverte, les organisations tibétaines ainsi que la Société pour les peuples menacés (SPM) appellent le Conseil fédéral à expliquer les raisons de cette décision et à revenir sur sa position.

L’Institut tibétain de Rikon fête cette année ses 50 ans d’existence. Premier monastère tibétain en Europe fondé en 1968 à l’initiative des entrepreneurs Jaques et Henri Kuhn, l’établissement fait désormais partie intégrante de la vie culturelle et religieuse des Tibétaines et Tibétains. Il est un lieu essentiel pour le bouddhisme en Suisse. A l’occasion de ce jubilé, le dalaï-lama se déplacera spécialement dans notre pays et y restera quatre jours. Malgré la communication de l’évènement dans les meilleurs délais et une invitation officielle, le Conseil fédéral refuse de participer aux festivités de l’Institut tibétain et d’accueillir le dalaï-lama.

Lettre ouverte pour réclamer l’accueil du dalaï-lama par le Conseil fédéral

Dans une lettre ouverte, les organisations tibétaines ainsi que la Société pour les peuples menacés (SPM) appellent le Conseil fédéral à revoir sa position. « Le Conseil fédéral ne peut pas éviter de le recevoir officiellement par crainte d’éventuelles interventions politiques de la Chine et persister sur cette voie », déclare Angela Mattli, responsable de campagne minorités et discrimination pour la SPM. Une pétition ayant recueilli plus que 11 000 signatures réclame que le Conseil fédéral et le Parlement accueillent le dalaï-lama. « C’est un signe fort qui ne peut pas être ignoré », ajoute Thomas Büchli, président de la Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische Freundschaft (GSTF) (société pour l’amitié helvético-tibétaine).

Le travail de l’Institut tibétain ne peut pas être ignoré

L’Institut tibétain est un établissement culturel reconnu ; il abrite l’une des plus riches collections internationales d’écrits sur la culture tibétaine. Depuis 50 ans, l’Institut tibétain contribue activement aux échanges entre l’Ouest et l’Est, et s’engage pour entretenir le dialogue interculturel en Suisse. « Il est regrettable que le Conseil fédéral ignore les prestations de l’Institut tibétain par crainte des critiques chinoises, estime Lobsang Shitsetsang, responsable du service externe de la Tibetergemeinschaft Schweiz und Liechtenstein (TGSL) (communauté tibétaine pour la Suisse et le Liechtenstein), cela me laisse songeur et m’attriste. »

Dans leur lettre publiée aujourd’hui, les organisations tibétaines demandent une prise de position de la part du Conseil fédéral.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information