Campagne internationale pour la protection des peuples isolés - SPM

21 Mai 12

La SPM lance une campagne internationale pour la protection des peuples isolés

La Société pour les peuples menacés (SPM) lance aujourd’hui une campagne internationale de protection pour les peuples isolés dans la région frontière entre le Brésil et le Pérou, en préambule à la conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio+20 ». La survie des peuples vivant dans un isolement volontaire est menacée par des projets d’infrastructures et l’exploitation sans scrupules des matières premières, ainsi que le démontrent les débats politiques actuels au Pérou sur une nouvelle route à travers l’Amazonie.

« Sous la pression des bûcherons, des chercheurs d’or, des trafiquants de drogue ainsi que des projets d’infrastructures, les peuples isolés sont plus que jamais menacés d’être refoulés de plus en plus loin. Les territoires dans lesquels ils peuvent encore vivre sans être inquiétés se réduisent irrémédiablement », explique Eva Schmassmann de la campagne de la SPM. Les développements les plus récents intervenus dans la zone frontière de Purú entre le Pérou et le Brésil le démontrent de manière exemplaire. Un projet de construction d’une route entre le Pérou et le Brésil, considéré comme de « nécessité publique » par les députés péruviens, menace les autochtones dans leur habitat ancestral et ce à de nombreux points de vue.

Appel au président du Pérou
La SPM a adressé aujourd’hui même une lettre au président Humala du Pérou pour attirer son attention sur ces dangers et signaler que le projet de construction prévu à travers la forêt vierge entraînerait inévitablement l’expulsion de peuples isolés. Des maladies infectieuses importées seraient particulièrement dangereuses pour eux. Des communautés autochtones vivant en contact avec le monde extérieur seraient elles aussi concernées par d’éventuels déplacements. Elles se sont prononcées en très grande majorité contre la construction de la route, car elles craignent la perte de territoires indigènes ainsi que la destruction des ressources naturelles et, par voie de conséquence, de la biodiversité de la région. En outre, la menace d’un déboisement massif et de la pollution de l’eau mettrait à nouveau danger la sécurité alimentaire des peuples autochtones. La SPM demande au gouvernement péruvien de respecter le droit à l’autodétermination et le droit de participation des peuples autochtones également pour les projets d’infrastructures et d’accorder une importance particulière à la protection des communautés isolées, particulièrement vulnérables.

Pour garantir durablement et efficacement la protection des peuples isolés, la SPM soutiendra également la revendication de représentants d’organisations autochtones visant à créer une nouvelle région protégée binationale à la zone frontière entre le Pérou et le Brésil lors de la conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio+20 », qui se tiendra du 20 au 22 juin 2012. « Une législation bilatérale est nécessaire afin d’éviter à l’avenir que les droits des autochtones soient simplement ignorés au profit d’un développement économique arbitraire. La survie des peuples isolés ainsi que la persistance de la forêt vierge peuvent être assurés uniquement au moyen d’une action commune des deux gouvernements », affirme Eva Schmassmann.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information