Les Sintés et les Roms : « Nous sommes contre le terme ‘ Zigeuner ’ »

04 Avr 19

Les Sintés et les Roms de Suisse : « Nous sommes contre le terme ‘ Zigeuner ’ »

Le 8 avril a lieu la journée internationale des Roms et des Sintés, célébrée dans le monde entier. Cette année, les Sintés et les Roms de Suisse organisent une action à l’aide de photos pour envoyer un message clair : « Nous sommes contre le terme ‘ Zigeuner ’ ». La Société pour les peuples menacés (SPM) soutient cette action et demande aux responsables politiques et à la société de ne plus employer ce terme diffamatoire et dévalorisant.

Cette année, à l’occasion de la Journée internationale des Roms et des Sintés, les Sintés et les Roms de Suisse organisent une action mettant en scène des photos pour protester contre l’emploi du terme « Zigeuner », encore largement répandu en Suisse alémanique. « En Suisse, le terme ‘ Zigeuner ’ est trop souvent employé de manière irréfléchie, explique Igor Colić, coordinateur de l’action. A travers cette action, nous voulons faire comprendre que nous considérons ce terme comme étant diffamatoire et qu’il ne doit plus être employé. Nous sommes sintés et roms et voulons être désignés comme tels. »

Dans les régions germanophones, le terme « Zigeuner » est associé au génocide nazi qui fit au moins 500 000 victimes parmi les Sintés et les Roms. Il est considéré par les membres de ces minorités comme injurieux. En Suisse, jusque dans les années 1990, le terme « Zigeuner » était une catégorie distincte pour la police : à l’époque, le Département fédéral de justice et police tenait un « Zigeunerregister », un « registre des Tsiganes », dans lequel les autorités consignaient les données concernant tous les Roms, Sintés et Yéniches qui avaient été appréhendé-e-s en Suisse et fait l’objet d’un relevé signalétique. Pendant plus de 600 ans, la Suisse a mené une politique répressive à l’égard de ces communautés (« Zigeunerpolitik ») : l’entrée des « Zigeuner » étrangers sur le territoire suisse leur était interdite, jusqu’en 1972. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, les Yéniches, Sintés et Roms persécuté-e-s étaient refoulé-e-s aux frontières suisses. Un grand nombre d’entre eux moururent dans des camps de concentration.

Attiser les préjugés pour la bataille électorale

Au quotidien, le terme « Zigeuner » est souvent employé sans réfléchir. « En Suisse, peu de gens sont au courant des persécutions commises pendant des siècles à l’encontre de nos minorités, notamment parce que la ‘ Zigeunerpolitik ’ ne figure pas au programme d’enseignement obligatoire, précise la militante rom Rina Caldari qui soutient l’action. En tant que femme rom, je souhaite aujourd’hui faire passer un message clair : pour moi comme pour beaucoup d’autres, le terme ‘ Zigeuner ’ n’est pas acceptable. C’est une question de respect. »

Ces dernières années, le dénigrement raciste à l’égard des Sintés et des Roms a fortement augmenté en Suisse. Souvent, ce sont des hommes et des femmes politiques ainsi que des partis politiques qui attisent délibérément les préjugés à l’égard de ces minorités pour gagner des batailles électorales. « Nous constatons que, dans ce contexte, le terme ‘ Zigeuner ’ est consciemment employé afin de rabaisser les Sintés, les Roms et les Yéniches, explique Angela Mattli, responsable de campagne à la Société pour les peuples menacés. Et l’on trouve sans cesse des excuses pour légitimer l’emploi de ce terme. Aujourd’hui, à travers leur action et leurs photos, les Sintés et les Roms de Suisse demandent clairement que ce terme cesse d’être employé. Nous demandons à la population et aux responsables politiques de satisfaire à cette demande.»

Campagnes

Histoire

Rapports

Communiqués de presse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information