Pétition Tibet déposée

10 Sep 18

Pétition déposée : Plus de 11 000 personnes réclament une meilleure protection pour les Tibétains et Tibétaines en Suisse

Aujourd’hui, des organisations tibétaines et la Société pour les peuples menacés (SPM) ont déposé une pétition par laquelle 11 330 personnes appellent le Conseil fédéral et le Parlement à mieux protéger les droits des Tibétain-e-s en Suisse.

Il y a cinq ans, la Suisse et la Chine ont conclu un accord de libre-échange. Si la Suisse officielle entretient des relations étroites avec la Chine et présente l’accord de libre-échange comme un succès, des organisations tibétaines en Suisse et la Société pour les peuples menacés (SPM) sont inquiètes concernant l’influence croissante que la République populaire exerce dans notre pays. La récente visite en Chine du conseiller fédéral Schneider-Amman, accompagné d’une délégation de pas moins de 50 personnes, ainsi que le refus de la Chine d’accorder un visa à journaliste du quotidien Le Temps pour couvrir ce voyage indiquent selon la SPM et ses partenaires qu’il est grand temps que la Suisse se montre plus ferme vis-à-vis de la Chine en ce qui concerne la liberté d’expression et les droits humains.

Inquiétudes au sein du Parlement

Le Conseil fédéral n’a aucune intention d’évaluer les effets que l’accord de libre-échange a ou pourrait avoir sur les droits humains. Lisa Mazzone, conseillère nationale (Verts / GE) et présidente de la SPM, met en garde : « Le Conseil fédéral ne doit pas se laisser guider uniquement par des intérêts économiques dans ses relations avec la Chine. La protection des droits humains des Tibétains et Tibétaines est une priorité. » Aussi a-t-elle déposé aujourd’hui une intervention parlementaire en ce sens. Rosmarie Quadranti (PBD / ZH), co-présidente de l’intergroupe parlementaire Tibet, ajoute que « l’influence de la Chine en Suisse augmente. Cela a également des conséquences sur la politique intérieure de la Suisse ainsi que pour les Tibétains et Tibétaines qui vivent ici, des conséquences qu’il ne faut pas sous-estimer. Nous ne devons pas tolérer tout ce que veut ou fait la Chine. » Jampa Samdho, membre du parlement tibétain en exil, suit les évolutions en Suisse avec une inquiétude également croissante : « Les Tibétaines et Tibétains sont venus en Suisse en tant que réfugiés. Vu le pouvoir et l’influence grandissants de la Chine, ces personnes dépendent de la politique et des autorités suisses pour protéger leurs droits. »

L’influence et la surveillance de la Chine gagnent en puissance, en Suisse aussi

Dans un récent rapport, la SPM a, en collaboration avec des organisations tibétaines, analysé les conséquences de l’accord de libre-échange avec la Chine sur la communauté tibétaine au cours de ces cinq dernières années. Les résultats de ce rapport indiquent clairement que les droits fondamentaux des Tibétain-e-s ne sont pas totalement protégés en Suisse, notamment dans les domaines de la liberté d’expression, de la protection de la sphère privée, de la liberté de circulation et du droit d’avoir sa propre identité. Que ce soit par des tentatives d’intimidation au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, des activités de surveillance numérique ou des infiltrations par des espion-ne-s, la communauté tibétaine en Suisse ressent très concrètement le comportement dominant de la Chine.

Plus de 11 000 personnes réclament une meilleure protection pour les Tibétains et Tibétaines en Suisse

Par une pétition remise aujourd’hui au Conseil fédéral et au Parlement par les organisations tibétaines et la SPM, 11 330 personnes réclament une meilleure protection pour les Tibétain-e-s en Suisse. Les signataires enjoignent le Conseil fédéral à s’engager au niveau international et vis-à-vis de la Chine en faveur du respect des droits humains au Tibet et d’accueillir sa sainteté le Dalaï Lama pour une visite officielle en Suisse. De même, les pétitionnaires appellent les politiques et les autorités à garantir la liberté d’expression des Tibétain-e-s vivant en Suisse, à faire respecter leur liberté de mouvement, à assurer leur protection contre la surveillance et à garantir le respect de leur sphère privée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information