Manifestation silencieuse: Pas de complicité avec la Chine!

10 Déc 20

Manifestation silencieuse: Pas de complicité avec la Chine!

10 décembre, Journée des droits de l’homme: L’ Association Ouïghours Suisse, Campax, des organisations tibétaines et la Société pour les peuples menacés demandent aujourd’hui jeudi soir avec une manifestation silencieuse à la Suisse de revoir sa stratégie politique à l’égard de la Chine : la Suisse doit accorder aux droits humains au moins autant d’importance qu’aux intérêts économiques.

Le Conseil fédéral souhaite, encore avant la fin de cette année, décider de sa première stratégie officielle vis-à-vis de la Chine. Entre-temps, les rapports alarmants sur la situation des droits humains dans ce pays se multiplient. Au moins un million d’Ouïghour-e-s sont retenu-e-s dans des camps d’internement dans la province chinoise du Turkestan oriental (province chinoise du Xinjiang) et des dizaines de milliers d’autres sont contraint-e-s au travail forcé dans des usines, pour le compte de fournisseurs de grandes marques internationales. Au Tibet aussi, des rapports récents relatent que la population est contrainte de participer à des programmes de travail et est parfois déportée dans d’autres régions.

Les communautés tibétaine et ouïghoure en exil font l’objet d’une surveillance et d’intimidations de plus en plus accrues. En outre, les actes des militant-e-s politiques exilé-e-s en Suisse peuvent avoir des répercussions sur leurs proches restés au pays. Les communautés en exil redoutent une limitation de la liberté d’opinion de leurs membres ainsi que des atteintes graves à leur vie privée.

La SPM organise aujourd’hui jeudi soir, à 18 h, devant la Heiliggeistkirche sur la place de la gare de Berne, une manifestation silencieuse en collaboration avec les organisations tibétaines suisses, l’Association Ouïghours Suisse et Campax. A cette occasion, nous demandons au Conseil fédéral :

  • de donner la priorité aux droits humains plutôt qu’aux intérêts économiques à court terme. La Suisse doit placer la protection des droits humains au cœur de sa nouvelle stratégie avec la Chine ;
  • de confirmer expressément dans l’accord de libre-échange avec la Chine le respect des droits humains, le droit du travail et les droits des minorités ;
  • de s’engager, au niveau international et principalement vis-à-vis de la Chine, pour la fermeture immédiate des camps d’internement et la fin des programmes de travail forcé au Turkestan oriental et au Tibet.

Communiqué de presse conjoint:
Société pour les peuples menacés, Campax, Association Ouïghours Suisse, Association d’amitié Suisse-Tibet (GSTF), Association des jeunes Tibétains en Europe (VTJE), Communauté tibétaine en Suisse et le Liechtenstein (TGSL), Organisation de femmes tibétaines en Suisse (TFOS)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information