Le Dalaï Lama doit être reçu officiellement par le Conseil fédéral - SPM

20 Juin 18

Le Dalaï-Lama doit être reçu officiellement par le Conseil fédéral

Entre la visite du Pape François et celle du Dalaï-Lama, la Suisse accueillera deux chefs religieux dans les mois à venir. Alors qu’il est prévu que trois membres du Conseil fédéral rencontrent le pape François durant son séjour, le Dalaï-Lama n’a jamais été officiellement reçu en Suisse. En collaboration avec des organisations tibétaines, la Société pour les peuples menacés (SPM) demande au Conseil fédéral de prendre position et de recevoir enfin officiellement Sa Sainteté le Dalaï-Lama.

Demain, 21 juin, le pape François effectuera une visite officielle en Suisse et le Dalaï-Lama est attendu en septembre. Alors qu’à l’occasion du passage du pape François, un accueil par pas moins de trois membres du Conseil fédéral – le conseiller fédéral Ignazio Cassis, le président de la Confédération, Alain Berset, et la conseillère fédérale Doris Leuthard – est prévu, le Dalaï-Lama n’a, quant à lui, jamais été officiellement reçu en Suisse. « Le Dalaï-Lama est le chef religieux de nombreux bouddhistes en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de la paix et est une personnalité spirituelle de renommée mondiale. Le Conseil fédéral ne peut pas continuer à éviter de le recevoir officiellement par crainte d’éventuelles interventions politiques de la part de la Chine », déclare Angela Mattli, responsable de campagnes minorités et discrimination pour la SPM. « De plus, le Dalaï-Lama est régulièrement reçu officiellement par les chefs d’Etat d’autres pays, comme l’Allemagne ou les Etats-Unis. La Suisse ne doit pas rester en retrait », ajoute-t-elle.

Le Dalaï-Lama se rend régulièrement en Suisse qui abrite la plus grande communauté tibétaine d’Europe. Comme la Suisse ne reconnaît pas le Tibet sur le plan du droit international, les autorités et les politiques suisses sont toujours confronté-e-s à un dilemme de politique étrangère lors des visites du chef spirituel. En 2013, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a par exemple justifié le refus de la Suisse de recevoir le Dalaï-Lama en avançant que le Conseil fédéral souhaitait éviter d’alimenter toute controverse ou de créer une politisation inutile autour des visites régulières du Dalaï-Lama.

En collaboration avec des organisations tibétaines suisses, la SPM a lancé en mars une pétition demandant que le Dalaï-Lama soit reçu officiellement et que les droits fondamentaux des Tibétains en Suisse soient protégés. Ce document devrait être remis au Conseil fédéral à l’automne.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information