Norvège: CS met terme à ses relations commerciales avec mine contestée

28 Déc 20

Norvège: CS met terme à ses relations commerciales avec mine contestée

Selon les recherches menées par la Société pour les peuples menacés (SPM), Credit Suisse (CS) a mis un terme à ses relations commerciales avec la société minière Nussir ASA, qui fait l’objet de contestations en Norvège. De 2016 à 2019, CS a géré, pour un client anonyme, la deuxième plus grande part d’actions de Nussir ASA. Cette société prévoit d’extraire du cuivre au beau milieu d’un territoire de la communauté autochtone samie utilisé pour l’élevage des rennes, et de déverser les résidus miniers dans la mer. La SPM salue le retrait de CS de ce projet et demande à la banque de respecter rigoureusement les droits des communautés autochtones dans tous ses secteurs d’activité.

Selon les recherches menées par la SPM, Credit Suisse (CS) a mis un terme à ses relations commerciales avec la société minière norvégienne Nussir ASA. A la demande d’un client anonyme, la banque suisse a géré le deuxième plus grand paquet d’actions de Nussir ASA (20,6 %) entre 2016 et 2019. En renonçant à ce projet, CS répond à une des principales attentes des communautés samies et de la SPM. Lors d’une visite à Zurich en été 2019, une délégation de la communauté samie a attiré l’attention de CS sur les conséquences désastreuses du projet minier pour les communautés concernées et a demandé à la banque d’interrompre ses relations commerciales avec Nussir. Les Sami-e-s craignent que ce projet cause des dommages importants pour l’élevage des rennes et pour la pêche.

« Nominee Shareholding : un prétexte »

« Nous sommes heureux de constater que CS prend de plus en plus au sérieux les droits des communautés autochtones, explique Angela Mattli, responsable de campagne SPM. Nous attendons de la banque CS qu’elle respecte systematiquement les droits des communautés autochtones dans tous ses secteurs d’activités et qu’elle adapte ses lignes directrices en conséquence. Les finances des entreprises et les opérations boursières en font également partie. Il est impératif d’empêcher toute activité commerciale qui pourrait nuire aux droits des communautés autochtones. » En tant que « Nominee Shareholder », CS était nommée à la place du client. Ainsi, CS figurait aussi dans le rapport annuel de Nussir ASA jusqu’en 2018. Par son nom, CS a contribué à instaurer un climat d’investissement positif. Dans un même temps, le manque de transparence sur l’identité des investisseurs a provoqué insécurité et indignation au sein des communautés samies concernées. Grâce au retrait de CS, le nom de l’investisseur est enfin connu, il apparait désormais officiellement et de manière transparente dans le registre des investisseurs de Nussir ASA, afin qu’il prenne lui-même ses responsabilités.

Contrat avec un gros client allemand : le combat des Sami-e-s se poursuit

Le retrait de CS ne signifie pas la fin du projet minier. Récemment, Nussir ASA est parvenu à signer un contrat avec le géant du cuivre allemand Aurubis. Avec cet accord, le projet devient de plus en plus réel. Les communautés samies se battent actuellement contre le projet, avec tous les moyens politiques et juridiques à leur disposition. Elles sont également en contact avec Aurubis. La SPM continue à soutenir les demandes des Sami-e-s et suivra attentivement ce dossier.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information