Baselworld: Metalor doit respecter son devoir de diligence - SPM

17 Mar 16

Baselworld: Metalor doit respecter son devoir de diligence – SPM

Cette année encore, Baselworld, le salon mondial de la bijouterie et de l’horlogerie, ouvre ses portes. La Société pour les peuples menacés (SPM) saisit cette occasion pour attirer l’attention sur le côté sombre du monde scintillant du glamour. En octobre 2015 déjà, dans son rapport intitulé « La raffinerie suisse Metalor soupçonnée d’affaires avec de l’or illégal », la SPM avait pointé le fait que la raffinerie neuchâteloise Metalor avait acheté de l’or d’origine douteuse et qu’elle le revendait donc aux industries horlogère et bijoutière suisses. A ce jour, la raffinerie n’a pas encore accepté de discuter. La SPM rend donc public son courrier à Metalor ainsi que le rôle d’autres raffineries d’or bénéficiant de l’or sale en provenance du Pérou.

Avec la revendication « NO DIRTY GOLD ! Acheter responsable ! » et une manifestation de body painting, la SPM s’adresse aujourd’hui aux visiteurs et visiteuses ainsi qu’aux exposants du salon Baselworld. Les consommateurs et consommatrices ont en effet le droit de connaître la provenance des matières premières avec lesquelles leurs bijoux sont fabriqués. La SPM attend des entreprises des secteurs de l’horlogerie et de la bijouterie qu’elles vont arrêter d’acheter de l’or dont l’extraction est liée à des violations de droits humains ou à des infractions environnementales, qu’elles s’engagent activement en faveur de l’or équitable et qu’elles fassent preuve de transparence quant à la provenance de leur or.

Le rapport de la SPM « La raffinerie suisse Metalor soupçonnée d’affaires avec de l’or illégal » a révélé que d’importantes quantités d’or produites dans des conditions où les violations des droits humains sont courantes, dont de l’or illégal, ont été acheminées vers la Suisse. Les raffineries suisses traitent environ deux tiers de la production d’or mondiale. Elles jouent donc un rôle décisif quant à la possibilité de commercialisation de l’or illégal ou douteux sur le plan des droits humains. La raffinerie Metalor, sise à Neuchâtel, est l’une des plus grosses raffineries au monde et un important acheteur d’or péruvien. Il y a plus de deux ans, les autorités péruviennes ont effectué des saisies d’or présumé illégal qui était destiné à Metalor. Début 2015, la Procureure de la République en charge de la lutte contre le blanchiment d’argent au Pérou a initié une demande d’entraide à la Suisse afin d’en apprendre davantage sur les affaires de Metalor. Christoph Wiedmer, directeur de la SPM salue l’initiative : « Ceci est une avancée réjouissante dans la bonne direction. Les raffineries qui s’approvisionnent en or de provenance illégale, produit en violation des droits humains ou en détruisant l’environnement doivent être poursuivies et répondre de leurs actes. »

Lettre ouverte à Metalor

En décembre 2015, Metalor a refusé d’accorder un entretien à la SPM et a demandé à l’organisation de lui remettre ses questions par écrit. Ces dernières années, la multinationale a fait l’objet de diverses critiques. La SPM demande donc à ce que la raffinerie s’ouvre à la discussion et exprime publiquement de sa ferme intention s’attaquer aux problèmes existants. La SPM s’adresse aujourd’hui une nouvelle fois au conseil d’administration de Metalor, sous la forme d’une lettre ouverte. La SPM demande à ce que des questions relatives à la transparence et à la traçabilité de l’or ainsi qu’à la mise en œuvre du devoir de diligence lors de l’achat d’or soient débattues ensemble lors d’une rencontre.

Aujourd’hui, la SPM publie également un rapport sur l’or qui, outre le rôle des raffineries suisses, retrace aussi ceux que jouent une raffinerie italienne et plusieurs sociétés nord-américaines sur le plan de l’approvisionnement en or d’origine douteuse et illégale.

En effet, seule la transparence de la chaîne d’approvisionnement et l’application scrupuleuse du devoir de diligence garantiront à l’avenir à l’industrie horlogère et bijoutière et aux clients finaux que l’or provient de sources propres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information