Barrage du Belo Monte : arrêt provisoire des travaux de construction - SPM

15 Août 12

Arrêt provisoire des travaux de construction du barrage Belo Monte au Brésil

La Société pour les peuples menacés (SPM) salue la décision d’un tribunal brésilien en faveur de l’arrêt des travaux de construction du barrage Belo Monte. Le tribunal met en avant que les droits de participation et de décision des peuples autochtones, mentionnés dans la constitution, n’ont pas été respectés.

Une nouvelle fois, un tribunal brésilien exige l’arrêt de la construction du grand projet de barrage Belo Monte en Amazonie. Le tribunal a estimé que les droits constitutionnels de participation et de décision des peuples autochtones avaient clairement été bafoués. C’est pour cette raison que le tribunal a proscrit au consortium de construction, Norte Energia, la poursuite des travaux sous peine d’une importante amende.
Les organisations autochtones luttent depuis longtemps contre la construction du barrage du Belo Monte puisque ce dernier met gravement en danger leurs conditions de vie. De nombreux autochtones redoutent les effets irrémédiables du barrage sur l’état des réserves de poissons et les cours d’eau navigables.

En mars de cette année, un comité d’experts de l’Organisation internationale du travail (OIT), reprochait à l’Etat brésilien sa façon de traiter les peuples autochtones. Dans un rapport, le comité rappelle que le gouvernement brésilien aurait dû, selon l’art. 15 de la Convention n°169 de l’OIT entendre la parole des peuples autochtones concernés avant de donner le permis de construction, et ce dans le respect de leur droit au consentement libre, préalable et éclairé en cas de projet susceptible de porter atteinte au mode de vie des populations autochtones.

La SPM se réjouit de la reconnaissance par un tribunal brésilien de l’état des choses et souligne toutefois qu’il ne s’agit là que d’une étape vers la victoire. Selon Maira Irigaray, avocate brésilienne d’Amazon Watch, « cette décision n’est pas définitive et peut à tout instant être remise en cause par une instance plus haute.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d’information