Transition juste

La transition énergétique doit être juste

Aux Etats-Unis, un gisement de lithium est exploité sans l’accord des Païutes et des Shoshones, notamment pour des véhicules électriques. Les communautés autochtones s’y opposent, car la mine saccage non seulement leurs terres mais aussi leur histoire. Des problèmes anciens se perpétuent ainsi – cette fois-ci au nom de la transition énergétique. Et ce gisement sur les terres païutes et shoshones est loin de faire exception.

Photo: Greenpeace

Les communautés autochtones sensibilisent le grand public aux conséquences de la mine de lithium de Peehee Mu’huh sur leur lieu de sépulture ancestral, leurs ressources en eau et la faune.Photo : Chanda Callao/@Peopleof- redmountain Les communautés autochtones sensibilisent le grand public aux conséquences de la mine de lithium de Peehee Mu’huh sur leur lieu de sépulture ancestral, leurs ressources en eau et la faune.Photo : Chanda Callao/@Peopleof- redmountain

Aux Etats-Unis, un gisement de lithium est exploité sans l’accord des Païutes et des Shoshones, notamment pour des véhicules électriques. Les communautés autochtones s’y opposent, car la mine saccage non seulement leurs terres mais aussi leur histoire. Des problèmes anciens se perpétuent ainsi – cette fois-ci au nom de la transition énergétique. Et ce gisement sur les terres païutes et shoshones est loin de faire exception.

« Si nous ne faisons rien contre l’exploitation de la mine, nous perdrons non seulement nos ressources et minerais mais aussi notre histoire, qui disparaîtra alors à tout jamais », a écrit Gary McKinney, membre païute et shoshone. Mais il est presque déjà trop tard. L’exploitation de la mine sur le territoire Peehee Mu’huh (Thacker Pass), dans l’Etat nord-américain du Nevada, a commencé en mars 2023. Sous Peehee Mu’huh se trouve un grand gisement de lithium et l’entreprise minière peut en tirer grand profit.Mais Peehee Mu’huh représente bien plus encore. Situé sur le territoire des communautés autochtones des Païutes et des Shoshones, il fut le théâtre d’un abominable massacre de Païutes par la cavalerie améri- caine en 1865. C’est pourquoi ce lieu de sépulture sacré possède une forte dimension culturelle et religieuse séculaire. La mine porte atteinte à toute la signification du lieu et efface aussi tout le souvenir nécessaire au travail de mémoire sur ces horreurs subies, souligne McKinney. Peehee Mu’huh est également une source d’approvisionnement pour la médecine et l’alimentation de base. Le territoire abrite également une grande diversité de plantes et d’animaux. La mine va faire disparaître tout cela, no- tamment en raison de la pénurie d’eau at- tendue : la mine consomme plus de six milliards de litres d’eau par an.

Les droits des communautés autochtones à jouir de leurs terres ancestrales ne sont pas du tout respectés. Le groupe « People of Red Mountain » lutte pour cette raison contre la mine, sous le slogan « La vie avant le lithium ». McKinney milite aux côtés de ce groupe pour la nature et clame : « Nous voulons que nos droits contractuels soient enfin respectés.»

Mines pour une transition écologique

L’exploitation d’une mine de lithium sur Peehee Mu’huh est représentative du nombre exponentiel de mines de lithium. Le minerai entre dans la composition des batteries au lithiumion, utilisées notamment pour les véhicules électriques. Le lithium fait donc partie des minerais de la transi- tion auxquels appartiennent également le cuivre, le cobalt et le nickel. Ces derniers sont indispensables au passage des énergies fossiles aux énergies vertes. La planification de nouvelles mines connaît ainsi un essor fulgurant, surtout sur les territoires autochtones. Selon une étude de 2022, 54 % des mines pour les minerais de la transition se trouvent sur ou à proximité de territoires autochtones reconnus. Aux USA, ce sont même 79 % de l’ensemble des mines de lithium qui se trouvent sur ou à proximité de territoires autochtones. Un de plus, les personnes autochtones doivent payer les frais pour une économie qui est au service de la société de consommation.

Le droit au CLPE

Les communautés autochtones ne peuvent souvent pas participer lorsqu’il s’agit de l’exploitation de telles mines. En effet, les entreprises et l’Etat n’appliquent presque jamais le droit au CLPE qui est un instru- ment de droit international public de l’ONU visant à garantir que les communautés autochtones donnent leur consentement libre, préalable et éclairé pour de telles activités. Elles doivent en principe toujours pouvoir refuser de donner leur accord à un projet minier. Le CLPE contient donc le droit de dire non mais aussi de dire oui et surtout de déterminer à quelles conditions l’utilisation des terres peut se faire. Il est grand temps d’appliquer ce droit de partici- pation des autochtones, non seulement aux pouvoirs publics mais aussi aux entreprises. En effet, la transition écologique étant déjà en cours, non seulement à Peehee Mu’huh mais aussi ailleurs, les droits des autochtones sont bafoués lors de la construction et de l’exploitation de mines de minerais de transition – avec de graves conséquences pour les communautés vivant dans ces régions.

C’est aussi ce que prouve l’exemple du géant minier Norilsk Nickel, qui exploite le nickel, minerai de transition, sur l’île russe de Taïmyr, sans le consentement des communautés concernées. L’extraction du nickel engendre une forte pollution atmosphérique et l’entreprise rejette ses résidus toxiques dans la toundra. En mai 2020 a eu lieu la plus grosse catastrophe écologique de l’Arctique : suite à une négligence de maintenance, 21 000 tonnes de gasoil se sont déversées dans la nature environnante, en partie aussi sur des territoires autochtones, et ont contaminé deux rivières.

Les minerais de la transition entrent également dans la composition des installations solaires et des éoliennes. Les grands projets nécessitent de vastes étendues de terre. C’est le cas par exemple sur la presqu’île de Fosen sur laquelle l’entreprise Fosen Vind DA exploite, sans l’accord de la com- munauté autochtone vivant sur place, un grand parc éolien. Ce dernier rend impossible l’utilisation des prairies de pâturage par les rennes et les éleveur·euse·s autochtones perdent ainsi leurs moyens de subsistance. Et bien que la Cour Suprême de Norvège ait considéré le parc comme illégal, les turbines tournent toujours.

Poursuite de l’exploitation coloniale

Tous ces faits montrent bien que le droit à l’autodétermination et à la partici- pation des autochtones est fondamental si l’on ne veut pas que la transition écologique perpétue les problèmes du colonialisme, que l’on retrouve aussi dans l’exploitation des combustibles fossiles : les terres autochtones sont exploitées sans que les communautés qui y vivent aient leur mot à dire, les droits de ces communautés sont violés sur l’autel du profit ; l’autodétermination autochtone est niée, et l’importance culturelle, spirituelle et religieuse des territoires autochtones est anéantie. Tout ceci est particulièrement marquant sur le territoire de Peehee Mu’huh : l’environnement y est détruit sur le long terme et l’histoire autochtone effacée. La violation des droits des autochtones se poursuit, cette fois-ci, sous couvert de la transition écologique.

Pour que la transition écologique ne se fasse pas au détriment de l’autodé- termination des autochtones, une réflexion globale doit avoir lieu : la crise climatique est due en grande partie à la société industrielle et à sa gestion des ressources, et non pas à cause des communautés autochtones. Et pourtant ces dernières en subissent de manière disproportionnée les conséquences dévastatrices ainsi que les conséquences des solutions proposées jusqu’à présent. Les communautés autochtones doivent non seulement pouvoir décider en raison de leur droit au CLPE, mais l’expertise autochtone doit aussi être au centre d’une transition juste.

Texte : Nadira Soraya Haribe, stagiaire du programme économie & droits humains, Reta Barfuss, stagiaire communication

Le travail de la SPM sur le changement climatique et les droits des autochtones

La SPM a déjà traité des sujets de Fosen et Norilsk Nickel, mentionnés dans l’article. En raison de la grande portée du thème, la SPM concentrera de plus en plus son travail sur les relations entre droits des autochtones et économie verte. La SPM fait partie de la coalition Securing Indigenous Peoples’ Rights in the Green Economy (SIRGE). Cette coalition a pour objectif de garantir et de s’engager pour l’application complète des droits des autochtones dans le cadre de l’économie verte. Une revendication centrale concerne le consentement libre, préalable et éclairé (CLPE) pour toutes les activités qui sont en lien avec l’économie verte et ont un impact sur les communautés autochtones. Ceci concerne aussi bien l’économie que les pouvoirs publics. La coalition SIRGE est composée de cinq organisations : Cultural Survival, First Peoples Worldwide, Batani Foundation, Earthworks et la SPM. Elle est menée par un comité de direction exclusivement composé de représentant·e·s autochtones de toutes les grandes régions autochtones.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la sauvegarde de Cookies sur votre ordinateur. Plus d'information

Ok

Souscription à la newsletter

Notre newsletter vous informe sur les développements politiques actuels et sur l'engagement de la SPM et de nos organisations partenaires.

Prénom *
Nom *