Deutsch
Société pour les peuples menacés

Rebiya Kadeer : « La Suisse doit accueillir deux Ouïghours »

28.01.2010
Rebiya Kadeer, présidente du Congrès mondial des Ouïghours, exhorte le Conseil fédéral à accueillir les deux frères Mahnut, citoyens ouïghours détenus depuis plusieurs années à Guantanamo. A l’occasion d’une conférence de presse à Berne, organisée par la Société pour les peuples menacés (SPM), elle a critiqué l’oppression de la minorité musulmane dans la province chinoise de Xinjiang (Turkestan oriental) et a exigé la non-exécution des peines de mort prononcées à l’encontre d’une trentaine d’Ouïghours à la suite des émeutes de juillet 2009.
En l’espace d’un an, le gouvernement chinois a quasiment doublé le montant des dépenses pour la sécurité intérieure dans la province chinoise de Xinjiang (Turkestan oriental), a expliqué Rebiya Kadeer, la plus connue des dissident-e-s ouïghour-e-s, lors de la conférence de presse. Depuis les émeutes de 2009, qui ont coûté la vie de près de 200 personnes selon des sources officielles, environ trente Ouïghours ont été condamnés à mort et certains d’entre eux ont déjà été exécutés. D’après Rebiya Kadeer, les autorités chinoises enfreignent les droits de l’Homme et forcent l’établissement sur place de Chinois Han.

Kadeer en appelle également au Conseil fédéral de la Suisse. Elle souhaite que le gouvernement national aborde davantage le thème de la politique des minorités en Chine dans son dialogue sur les droits de l’Homme avec la Chine.

Rebiya Kadeer séjourne actuellement en Suisse sur invitation de la SPM. A l’origine de celle-ci se trouvent les débats sur la question de savoir si la Suisse va accueillir ou non, pour des raisons humanitaires, deux frères ouïghours détenus à Guantanamo. A la mi-décembre, le Conseil fédéral s’est montré en principe favorable à cet accueil, et le canton du Jura a laissé entendre qu’il était prêt à envisager un tel accuel. Suite aux menaces quant à d’éventuelles conséquences diplomatiques formulées par l’ambassade de Chine, un vaste débat est né en Suisse. A présent, le Conseil fédéral risque de fléchir sa position, en particulier depuis que des représentants économiques suisses ont fait valoir, ces derniers jours, l’importance des relations économiques entre la Suisse et la Chine.

La SPM soutient les revendications de Rebiya Kadeer. « En qualité d’Etat dépositaire des Conventions de Genève, la Suisse doit accueillir ces deux Ouïghours », a déclaré Christoph Wiedmer, directeur de la SPM.

Rebiya Kadeer, âgée de 61 ans, a fait carrière en Chine en tant que commerçante. Elle a également été membre du parlement national pendant plusieurs années. En raison de son engagement pour davantage d’autonomie au profit des Ouïghour-e-s, elle a été condamnée à huit ans de prison en 1999, dont une partie en isolement. Libérée en 2005, elle a ensuite obtenu l’asile aux Etats-Unis. Depuis la fin de 2006, elle occupe le poste de présidente du Congrès mondial des Ouïghours.

Communiqué de presse de la Société pour les peuples menacés